LA BIENTRAITANCE MANAGERIALE: une obligation encore oubliée

Manager c’est d’abord choisir la bonne définition du management !

Il suffit de questionner autour de soi pour se rendre compte que la représentation associée au management se résume à quelques mots clefs du type : décider, motiver, organiser, gérer, évaluer , recruter, sanctionner, former ! Autant de définitions que d’individus ! Alors laquelle choisir en référence ? 

1 Manager c’est connaitre les trois piliers d’une organisation en paix.

Rares sont cités les termes « protéger », « donner les moyens de penser » « donner les moyens de maîtriser son travail » « favoriser le bien vivre ensemble » , « favoriser la créativité »…

Hyacinthe Dubreuil (1883- 1971), en avait eu la clairvoyance. Ce syndicaliste avait diagnostiqué les 3 piliers de l’organisation sociale à considérer par l’entreprise :

 

  • Le matériel et l’économique (l’estomac)
  • L’intellectuel (le cerveau)
  • Le moral et l’affectif (le cœur)

 

« Faute de quoi il sera toujours vain d’espérer atteindre la paix sociale. » 

2 La mission oubliée du manager : bien s’occuper des personnes

Ainsi Dubreuil entrebâillait une porte pour redéfinir la mission essentielle du manager qui pourrait être celle-ci : 

Manager c’est d’abord garantir la sécurité et le bien-être des personnes afin de faciliter l’atteinte des objectifs, en portant son action sur :

 

  1. donner les moyens aux salariés de s’accomplir en répondant aux besoins pratiques et économique, (l’estomac)
  2.  en permettant la réflexion et l’épanouissement intellectuel, la créativité, (le cerveau)
  3.  en prenant en compte les émotions , les dimensions éthiques du travail, la stabilité affective nécessaire au travail (le cœur)
  4.  en facilitant le savoir vivre ensemble (la culture commune)

 

3  Manager c’est maîtriser ce que Responsabilité veut dire !

Toutes les théories du management ne seront d’aucune aide au responsable d’équipe qui ignore la Loi. Or , en France, certaines lois définissent clairement le rôle et les actions demandées à tout responsable. Aussi faut-il que celui-ci connaisse ses devoirs et obligations !

La loi définit la Responsabilité sous l'angle de l'obligation de garantir sécurité et intégrité psychique et physique. (article L. 4121-1 du Code du travail)

L’employeur ne peut se contenter de diminuer le risque, mais il doit empêcher tout accident ou préjudice. Cette obligation est une obligation de résultat (Cour de cassation, chambre sociale, 22 février 2002, pourvoi n° 99-18389), c’est-à-dire qu’en cas d’accident ou de maladie liée aux conditions de travail, la responsabilité de l’employeur pourra être engagée. (source site: prud'hommes)

4 Manager c’est remplir l’ obligation de bientraitance

Cela passe par réaliser les actes obligatoires suivants

• Évaluer les risques

• Les prévenir

• Former et informer le personnel 

• Trouver les solutions pratiques et d’organisation pour que l’intégrité du personnel soit garantie et totale.

• Apporter les moyens adaptés.

• Mais aussi par interdire, sanctionner ou stopper tout actes dangereux, préjudiciables ou délictueux .

5 Manager c‘est réintégrer l’ émotion comme paramètre et outil de travail

Les théories du management s’étant succédées , elles ont cependant toutes en commun une perception quasi dangereuse de l’affect au travail . On ose écrire depuis quelques années seulement que les émotions, (autrefois vécues comme un défaut en milieu professionnel) peuvent être des facteurs précieux de qualité et de performance. Le management moderne change timidement de focale en s’appuyant sur l’hypothèse que l’intelligence émotionnelle favoriserait le travail et sa qualité.

6 Manager = panser la souffrance au travail ?

Le management et les conditions de travail ont une incidence sur la santé psychique, émotionnelle et physique du travailleur, c'est aujourd'hui un fait avéré! Il est donc indispensable (et maintenant obligatoire) que tout responsable se préoccupe des personnes dont il a la charge. C'est essentiel quand les professionnels appartiennent au secteur de la petite enfance ou du soin! Comment bien s'occuper des plus fragiles quand déjà le professionnel est déstabilisé?

D'autant plus que les conséquences de la souffrance au travail, sont criantes et clairement observables:

  • l’absentéisme, 
  • • la désorganisation
  • • l’augmentation des problèmes et des accidents à traiter, 
  • • les conflits 
  • • le burn out
  • • le suicide

et au final par une baisse significative de performances et des résultats.

7 Savoir que la dilution de la responsabilité = facteur majeur de souffrance au travail .

La verticalité du management ne doit donc à aucun moment faire oublier l'obligation à laquelle tout responsable d’équipe s’engage et ceci à tous les niveaux. Travailler à la stabilité des conditions psychologiques et morales des salariés est une obligation oubliée dès la 2 ème couche hiérarchique. La multiplication des strates, et l’éloignement géographique du terrain ne font qu’accentuer la dilution de la responsabilité, et installer une incapacité technique à comprendre les phénomènes socio-émotionnels qui sous-tendent la performance et l’équilibre d’une organisation.On peut comprendre que plus l'organisation est tentaculaire, plus les suicides au travail sont nombreux. Il est évident que les entreprises , qui humainement s’en sortent le mieux, sont celles qui privilégient le management de proximité, les effectifs à taille humaine, et qui travaillent sur la relation étroite entre bien-être au travail, communication directe et productivité.

Sinon, avec des limites floues, une conscience de la loi perdue , l’organisation entre alors dans une spirale de chaos. Comprendre les ferments de cette souffrance est une compétence indispensable à tout responsable d’équipe et ceci dans toutes les strates de la hiérarchie. Si hier , manager était synonyme d’orchestrer , décider , gérer ou piloter , aujourd’hui s’ajoute la tâche de diagnostiquer , comprendre, traiter les vécus émotionnels des équipes.

Le manager doit donc se transformer en véritable psychologue du travail et rapidement comprendre les ressorts individuels et collectifs dans un contexte en mouvement.

8 Manager c’est connaitre les conditions du mal être psychologique et cognitif au travail

Quelque soit le secteur d'activité, toutes les études scientifiques démontrent qu'il y a souffrance au travail quand les individus vivent, entre autres, les situations suivantes:

• non reconnaissance

• la perte de sens

• le manque d'autonomie

• le sentiment de ne pas maîtriser son travail

• les présence d'injonctions paradoxales ou contradictoires

• une place mal définie

9 Manager c’est redéfinir son rôle dans un contexte en mouvement.

Cette courte liste montre les moyens et conditions à ne pas négliger. 

Le monde bouge, change de plus en plus vite, les problèmes à résoudre sont inhérents à sa complexité technique, humaine et temporelle.  Le manager se doit donc de tenir la barre dans cette machine à essorer et éviter les chocs et le grand lessivage. Le manager bientraitant est forcément celui qui donne du sens, de la valeur, coache sans couper l'herbe sous le pied, renforce les connaissances , réduit les incertitudes et les ignorances, communique sans ambiguïté et clarifie les limites... On s'éloigne du manager gestionnaire et mathématicien pour entrer dans l'ère du philosophe-trainer- coach-psychologue-éducateur-pourvoyeurs de moyens!

10 Manager c’est redonner de l’Éthique aux objectifs de travail.

 

Quel est l’objectif du Travail ? 

Gagner plus ? produire plus ? soigner ? trouver sa place ? se faire plaisir ? innover ? faire connaitre une marque ? faire progresser une société ? s’intégrer dans un collectif humain ?maintenir la survie de la planète et de ses habitants…. ? 

Pour ma part je ne me plaindrai pas d'un renversement des objectifs qui tend vers une conception du travail au service de l'Humain. 

Linda CHRETIEN

 

Commentaires: 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.